Hic jacet sepultus inclutvs rex Arturius in insula avalonia
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anubis, le seigneur tourmenté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
anubis
Cavalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 827
Age : 28
Localisation : Gironde powaa
Humeur : Bonne pour el moment
Alliance : L.S.A
Date d'inscription : 08/07/2007

Profil ingame
Fonction officielle: Heuuu
Classement: top 990
Points: 464.000

MessageSujet: Anubis, le seigneur tourmenté.   Mar 17 Juil - 21:47

Anubis naquis dans une famille de paysans durant un hiver assez rude. L’arrivée de cet enfant ne fut prit comme un bonheur mais comme une nouvelle bouche à nourrir. Les récoltes n’avaient pas été bonnes et la nourriture n’allait pas tarder à manquer.

Cet enfant ne nous permettra pas de survivre, il faut le tuer maintenant sinon nous courrons à notre perte. dit son père

Nous ne pouvons le laissez la, c’est notre enfant rétorqua sa mère. Je lui ai donné la vie, il a le droit de vivre

Son père n’était pas en accord avec sa mère mais il savait qu’il ne pourrait avoir raison face à elle. Mais il posa une condition : « Si nous sommes en pénurie de nourriture, toi et le petit vous devrez quitter la maison et ne jamais revenir ici. »

Sa mère accepta avec regret cette menace mais c’était la seule façon pour elle de garder cet enfant.

Elle le choya de tout son amour, cet enfant, son enfant, ne devait manquer de rien. Elle se priva parfois de manger pour que son bébé puisse se rassasier. Elle lui appris à jouer de son instrument favoris : l’harmonica. Elle était sur que cela allait lui servir mais elle ne savait pas encore quand ni dans quel circonstance.

Arrivé à l’age de 10 ans, il appris la coupe du bois, le fauchage du blé. Même si il était mal accepté par la famille, il devait se plier aux tâches ménagères, mais il devait travailler trois fois plus au vu de son statut dans la famille.

Un soir, il rentra à la maison plein de cicatrices sur le corps. Son père l’avait battu car il trouvait son travail exécrable. Sa mère fut atterrée mais elle ne pouvait faire de remarques, elle ne voulait pas quitter la maison. Anubis fut empli de haine envers son père depuis ce jour.

Le jour de ses 18 ans, Anubis flânait dans les arbres de la forêt qui longeait la maison. Il n’avait pas la tête au travaille, il savait que son père allait lui reprocher son absence mais il venait d’atteindre l’age fatidique de la majorité. Il pouvait maintenant quitter le foyer mais il ne voulait pas laisser sa mère toute seule dans ce calvaire.

Sortit de sa réflexion par sa mère, il la regarda longuement…

Anubis, vient nous aider au champ sinon tu va encore endurer les coups de ton père. Tu sais que je n’aime pas te voir te faire frapper. Tu sais que j’ai tout fait pour toi, je ne veux pas te voir disparaître bêtement.

Mère, vous ne devez pas craindre pour ma vie, j’ai appris à survivre avec ses coups. Un jour il payera pour ces tortures.

Sa mère ne répondit pas, elle avait le visage serré.

Allons y mon fils

Ils partirent tout les deux vers les champs lorsqu’ils furent pris dans une embuscade tendue par des brigands. Anubis tenta de protéger sa mère mais ils étaient trop nombreux et il n’avait aucune arme pour se battre. Il fut assommé dès le début du combat. Il ne su combien de temps il resta allongé sur le sol, mais à son réveil, il trouva sa mère, morte, baignant de tout son corps dans une marre de sang. Le spectacle était atroce à voir. Anubis pleura toutes les larmes de son corps. Il trouva à coté de sa mère une dague laissée par un des brigands. Il la saisi de sa main gauche et se la planta dans sa main droite et la fit ensuite pivoter jusqu'à ce qu’un trou se dessina parfaitement dans sa main.

Maman, par cette blessure, je jure de devenir plus fort pour pouvoir protéger les êtres qui me sont chères. Je ne veux plus perdre les gens que j’aime comme je t’ai perdu toi…

Anubis partit en direction du champ et expliqua à son père la mésaventure qui venait d’arriver. Son père partit en pleurant vers la forêt tandis qu’Anubis partit sur les chemins en quête de force, et de sagesse.Il ne se retourna pas et se jura de ne plus parler du passé sauf si cela parlait de sa mère. Il avait pris l’harmonica de sa mère, celui qui serait pour lui, le souvenir impérissable qui le lierait encore à sa famille.


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
anubis
Cavalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 827
Age : 28
Localisation : Gironde powaa
Humeur : Bonne pour el moment
Alliance : L.S.A
Date d'inscription : 08/07/2007

Profil ingame
Fonction officielle: Heuuu
Classement: top 990
Points: 464.000

MessageSujet: Re: Anubis, le seigneur tourmenté.   Mar 24 Juil - 21:32

Il partit donc, traversant de nombreux villages, tous aussi miteux les uns que les autres. Il arriva à Olgrin, une ville peuplée de personne méfiante, distante, un climat d’insécurité régnait dans cet endroit. Il décida quand même d’y passer la nuit. A son réveil il parla au tenancier de l’auberge et lui demanda si il ne connaissait pas un maître d’armes. Il lui répondit qu’un ancien maître d’armes vivait dans les parois du volcan qui se situait à quelque kilomètres de la.

Il décida de partir en quête de ce vieil ermite. Il arriva au pied de ce volcan. Il aperçu une faille, comme une entrée de grotte. Il entreprit l’ascension non sans mal, il chuta une bonne dizaine de fois, ses mains étaient ensanglantées mais il se devait d’y arriver, il devait tenir sa promesse sinon il ne devait plus vivre. Sa seule raison de vivre était devenu sa promesse.

Il arriva à l’entrée, il faisait sombre à l’intérieur, aucune lumière ne perçait, il décida quand même d’entrer. Il avançait doucement, toujours sur ses gardes. Un homme apparut devant lui, il ne distinguait que les contours du corps et sa barbe. Il tomba et perdit connaissance.

Il revint tout doucement à lui. Il se trouvait dans un coin de la grotte, il y avait un feu au milieu de la pièce, une personne assis sur un tronc d’arbre me regardait tout un taillant un bout de bois.

Enfin tu reviens à toi mon petit. Il avait la voix douce mais un regard perçant.

Anubis se releva brusquement, il avait mal à la tête. Il regarda fixement le personnage qui le regardait. Il se sentait mal à l’aise.

C’est vous qui m’avez assommé tout à l’heure ?

Tout à l’heure ? Mais cela fait plus d’une semaine que tu dors.

Une semaine ? et vous avez veillé sur moi pendant tout ce temps ?

Bien sur et j’ai même pris le soin de soigner la blessure que vous avez à la main

Anubis regarda sa main puis fixa le vieil ermite.

Pourquoi avez-vous fait tout ça ?

Ton visage me dit quelque chose. Il m’est familier. Comment te nommes-tu ?

Je suis Eldrich Anubis, fils de Eldrich Oldiren et Eldrich Antima.

Maintenant je comprends cet air de ressemblance que je percevais en vous vous êtes le fils du fameux Oldiren Eldrich. Maintenant je voudrais savoir la raison de votre venue.


Sachez que ma mère, Antima, est morte il y a peu.

Anubis lui expliqua toute l’histoire. Cigda, l’Hermite, lui présenta ses condoléances et compris enfin la raison de sa venue chez lui.

Et bien Anubis, j’accepte de t’apprendre les rudiments de l’épéiste. Je te prends comme élève mais sache que ce sera un entraînement difficile, tu risques d’y perdre la vie.

Je ne peux mourir ici. répondit violement Anubis Si je meurs ici, je n’aurais pas été digne de survivre à cette attaque. Démarrons directement cet entraînement

L’entraînement démarra à la fin de sa phrase. Il appris le maniement de l’épée, de vieille techniques que seul Cigda connaissait. Cet entraînement dura plus de deux ans.

Anubis, maintenant que ton entraînement est fini, j’aimerai te faire un cadeau.

Cigda sortit du tronc de bois une épée avec une garde décorée d’une lance en or.

Ceci appartenait à ma famille mais n’ayant pas de descendance, il te revient de droit. Ton entraînement ici est fini mais il n’est pas parfait. Il te faut encore apprendre beaucoup de choses c’est pour cela que je t’envoie vers Pintr. Là-bas, tu y trouveras un des meilleurs épéistes du pays, il se nomme Yfopt. Il habite dans une maison au cœur de la ville, tu ne pourras pas manquer sa maison, elle ne peut passer inaperçue.


Je suivrai vos instructions Cigda. Je vous dois tout, ma force et mon dévouement.

Anubis prît l’épée en main. Il sentit une sorte de présence qui l’entoura. Il trancha l’air avec pour l’essayer. Il se sentait en confiance et plein de vigueur avec cette épée.

Il est temps pour toi de partir Anubis, je te souhaite bonne chance dans ton apprentissage.

Merci Cigda, merci pour votre savoir. Prenez soin de vous.

Anubis sortit du volcan et se dirigea vers l’est, vers Yfopt.
Revenir en haut Aller en bas
anubis
Cavalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 827
Age : 28
Localisation : Gironde powaa
Humeur : Bonne pour el moment
Alliance : L.S.A
Date d'inscription : 08/07/2007

Profil ingame
Fonction officielle: Heuuu
Classement: top 990
Points: 464.000

MessageSujet: Re: Anubis, le seigneur tourmenté.   Sam 28 Juil - 16:31

[i] Anubis, marchait seul depuis plusieurs semaine ou bien plusieurs mois vers la ville de Pintr, il avait perdu toute notion de temps. Le soleil le pesait, aucune ombre à l’horizon. Il ne savait pas si il était loin ou proche de cette ville qui était une étape dans son apprentissage. Une étape bien plus dure que la première, celle qui allait le marquer à jamais.

Il marcha encore pendant quelque jour lorsqu’il cru apercevoir à l’horizon des bâtiments se dessiner, il se crût enfin sauvé mais plus il se rapprochait, plus les bâtiments paraissaient loin.

Il n’avait plus la force d’avancer, il ne pouvait bouger un muscle de plus. Il tombe de fatigue dans cette contrée inconnue, il ne savait pas si il allait y mourir ou si un miracle pourrait arriver.

Tu es pitoyable….

Qui est la ?

Tu ne me mérite pas….

Montrez vous !

Ton corps sera mien…

Anubis se réveilla en sueur, il se trouvait dans une charrette.

Tu te réveille enfin mon garçon.

Anubis se releva et regarda la personne. Elle était revêtue d’une cape qui lui couvrait son visage.

Je vais te tuer dis cette personne en se retournant.

Son visage était exactement le même que celui d’Anubis mais ses yeux et sa voix était gorgé de haine et de sang.

Anubis sursauta, il se trouvait au bord d’un chemin, avec sur lui une gourde pleine d’eau et des morceaux de pain. Il regarda aux alentours pour vérifier si il était en sécurité. Il ne vit rien autour de lui, ni ville, ni âme qui vive. Il s’essuya le front, il repensa à son cauchemar. Il se demandait ce qui lui arrivait, pourquoi cette personne lui ressemblait et voulait sa mort.

Ce n’était qu’un mauvais rêve, cela doit être du à la chaleur. Je ne dois plus perdre une seule seconde et me rendre chez Yfopt.

Anubis reprit son chemin en direction de l’est mais ce rêve restait toujours dans un coin de son esprit. Pourquoi quelqu’un lui en veut il et qu’elle est la signification de cette personne avec son visage ? Il n’avait plus le temps de se poser des questions, le voila arriver à Pintr. C’était une grande ville, une foule immense se promenait dans le marché de la ville, beaucoup de sujets étaient dans les conversations. Il ne savait où donner de la tête, la ville était si belle, une chaleur humaine y régnait. Il décida d’aller dormir à l’auberge avant de trouver la maison de Yfopt. Il entra dans une auberge et réserva une chambre dans laquelle il pourrait passer la nuit. Il s’effondra sur son lit, le voyage fut harassant pour lui.

Tu es pitoyable. Comment ai-je pu tomber entre tes mains.

Qui est la ? Ou êtes vous et que voulez vous ?

Mais je suis derrière toi

Anubis se retourne et entrevois une personne masqué par une capuche. L’homme la retire doucement.

Mais… Vous êtes…

L’homme rigola.

Oui je suis… toi. Enfin pas tout à fait, je suis ton contraire.

Mon contraire ?

Oui mais tu apprendra à me connaître, nous n’avons plus le temps de bavarder.

L’homme disparu et Anubis se réveilla. Le soleil se profilait à l’horizon. Il était temps pour lui de trouver cet Yfopt. Il sortit de l’auberge et se dirigea dans les petites ruelles de la ville. Il marchait dans ce dédale de petite rue toutes se ressemblaient étrangement. Anubis y perdit tout ses repères. Il avançait d’un pas lourd dans une rue perdue au milieu d’autres lorsqu’il s’arrêta devant une qui le faisait frissonner.

C’est celle la, je ne peux pas me tromper.


Il frappa à la porte. Personne ne répondit, mais il décida d’entrer tout de même. Il devait absolument voir cet Yfopt. Il poussa la porte et appela pour voir si quelqu’un se trouvait dans la maison. Personne ne répondit. Il avança doucement, inspecta les murs, la décoration était sobre, peu d’art mais beaucoup d’armes. Soudain une ombre se profila derrière lui, Anubis eut juste le temps de sortir son épée lorsque l’individu essaya de lui couper la gorge. Anubis interposa son arme et les étincelles produites laissèrent apercevoir un visage plein de cicatrices.


Arrêtez, je ne vous veux aucun mal, je suis ici de la part de Cigda. Il m’a dit que vous habitez ici. Je suis venu ici pour vous demander de m’apprendre votre savoir sur le maniement des épées.

L’homme retira son épée, se retourna et alluma la pièce. Il regarda Anubis pendant de longues minutes, il inspecta son visage, ses mains.

Hé bien, il y aura du travaille à faire avec toi… Il va falloir travailler dur. Ce que tu as subit avec Cigda, ce n’est rien par rapport à ce que tu vas subir ici. Ton corps va souffrir, tu vas perdre tes sens pour mieux les retrouver.


Anubis accepta ce que dit Yfopt. Il n’avait pas le choix et il ne pouvait plus reculer. Son destin était tracé.

L’entraînement qu’il subit dura plus de six mois. Il était intensif, du levé du soleil jusqu’après le couché du soleil. Durant cet entraînement il développa son acuité visuel mais aussi auditive. Son corps changea, il s’affina pour gagner en vitesse, précision mais aussi puissance.

Le soir de son dernier entraînement, Anubis s’endormit paisiblement.

Tu as acquis une puissance qui me satisfait même si elle reste minime face à la mienne.

Son double réapparut dans son rêve, il était différent de la dernière fois, son à lui c’était aussi affiné. Anubis était stupéfait.

Mon changement à l’air de t’étonner mais j’ai la même apparence que toi. Je suis TOI. Ma puissance te sera révélé à ton réveille.

L’homme disparut doucement. Anubis ne bougeât pas, il lui était immobile pris de panique, il ne comprenait toujours pas la signification de tout cela. Il se réveilla comme à son habitude au levé du soleil. Il descendit dans la cuisine. Lorsqu’il y arrivât, il vit Yfopt, empalé sur le mur, le ventre ouvert, les entrailles n’y étaient plus. C’est à ce moment qu’Anubis entendit en lui

Voila une petite démonstration de ma puissance.

Anubis fut pris de peur. Il attrapa son épée dans son élan et se précipita de quitter cette ville. Il lui fallait en apprendre plus sur ce qu’il lui arrivait. Il se souvint d’une ville connue pour sa bibliothèque contenant des ouvrages introuvable ailleurs. Il décida d’y aller, il y trouverai peut être une explication…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anubis, le seigneur tourmenté.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anubis, le seigneur tourmenté.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Seigneur des Neaux
» Seigneur nain boosté défense, rentable ?
» Seigneur vampire sur base de Sinople
» Falkord devient seigneur templier!!!!!!!!!
» [TEST] Le Seigneur des Anneaux Online : Les Ombres d'Angmar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ordre d'Avalon :: La place publique :: Rôle-play-
Sauter vers: